Bienvenue en Berlusconie…

Les Guignols qui dépassent les bornes selon l’Elysée, Sarkozy junior invité sur France Télévisions quand il le souhaite, tapis rouge et félicitations pour son talent, des émissions politiques complaisantes avec un nombre extrêmement limité de vraies questions… sommes-nous sur la pente fatale du modèle italien ?

Depuis 1990, avec l’ascension de Silvio Berlusconi dans les médias et le sport (souvenez-vous du Milan AC de ces années-là), de nombreux chefs d’Etat et/ou d’entreprises tentent de l’imiter. Valorisation de l’ego, suppression ou relativisation des contre-pouvoirs, corruption de l’opposition, mais surtout, une pratique fondamentale : le racontage d’histoire (story telling) et la mise en place d’un agenda précis visant à créer l’actualité.

Dans ce contexte, toute critique, même satirique et décalée, est perçue comme un danger. Car la perception du pouvoir se trouve déformée par un excès d’attention aux médias qui se transforme souvent en paranoïa de l’image. Pour cette raison, l’Elysée a décidé de racheter la télévision publique ; appelons cela comme il se doit : finances publiques augmentées = cahier des charges resserré = moins de place pour ce qui dérange = objectivité contrôlée.

Et le spectacle devient affligeant : pas un journal d’information sans la présence du chef, même quand il va manger des pizzas au cap Nègre, quand il prend des vacances ou qu’il fatigue à l’effort, sans doute à cause d’un petit déj’ trop vite avalé…

Cette surprésence est expliquée par les journalistes politiques comme l’émergence d’une nouvelle manière, d’un nouveau style, d’une nouvelle époque. Mais jamais la moindre interrogation n’est soulevée sur la légitimité de cette effraction médiatique. Ainsi l’Elysée multipliant les communiqués de presse en direction des différentes rédactions suffirait presque. Sauf que le journalisme, ce n’est pas seulement l’événement, et encore moins la communication. La travail d’information doit passer au crible de la critique, de la reformulation et de l’analyse contextuelle, dimensions de plus en plus évidées sur France Télévisions par exemple.

C’est aussi pour cette raison que s’engage une véritable croisade contre internet, où l’information est présente sous deux formes simultanées extrêmement dangereuse pour un pouvoir autoritaire : en amont le fait brut sans aucune fioriture (les dépêches) ; en aval les faits rapportés,mis en relation, commentés et disséqués par la seule liberté d’expression des individus, à travers les commentaires, réactions, billets des réseaux sociaux publics ou privés.

A titre d’exemple, deux extraits d’articles nous montrant la lente dérive des médias français vers la Berlusconie (source : Nouvel Observateur papier) :

- « Les Guignols commenceraient à agacer sérieusement l’Elysée, selon le Canard Enchaîné. On leur reprocherait en plus haut lieu d’avoir “dépassé les bornes” avec la marionnette de l’ancien candidat à la tête de l’EPAD. D’après l’hebdomadaire Le Président souhaiterait, parait-il, que Bertrand Méheut, le patron de Canal+, se sépare de son directeur adjoint, Rodolphe Belmer, considéré par Sarko comme le responsable des “outrances” des Guignols. » >>> cette affaire n’est pas nouvelle, puisque notre président n’a pas d’humour, sauf quand il s’agit de ses blagues

- « Incroyable mais vrai : Jean Sarkozy n’est pas interdit de télévision publique. Mieux “il est bienvenu”, parole de patronne de l’info de France 2, Arlette Chabot pour ne pas la nommer. Elle s’exprime dans Le Parisien. “C’est bien de l’entendre, il a du talent” assure la dame à propos du même jeune homme, qu’elle avait d’ailleurs invité pour l’émission A vous de juger. » >>> mais combien de jeunes gens ont du talent en politique, du côté de Tarnac par exemple et ne sont jamais invités ?



Jean Sarkozy devrait être… mort !

C’est logique, puisqu’il avait soutenu « à mort » David Martinon, aujourd’hui consul de France à Los Angeles, qu’on imagine en train de siroter des Malibus devant un parterre de People siliconnés, bref dans un placard au soleil.

La presse oublie de préciser que ce bogosse, archétype du petit branleur génération Sarkozy, n’en est ni  à son premier MENSONGE ni à sa première TRAHISON. Le signe d’une brillante carrière politique ?

Voici les faits en vidéo sur Daily… tant que ce média, dont l’Etat a racheté récemment des parts, permet encore une certaine liberté d’expression.

http://www.dailymotion.com/video/x4c9x4

http://www.dailymotion.com/video/x5lcj5  … en jeune vintenaire pragmatique (déjà!)

http://www.dailymotion.com/video/x9ccu1  … avec un discours digne de nos plus grands maîtres de la langue de bois (successeur de Devedjian)



La bataille HADOPI : devenez fan du bouquin !

packbataillehadopi.jpg

Voici une initiative qui risque encore de faire bourdonner le net. La librairie InLibroVeritas, éditeur de l’ouvrage Internet et Création, enquête très complète sur les propositions de licence globale, récidive avec La bataille HADOPI. Elle propose aussi un arsenal de widgets et d’objets collectors pour tous ceux qui luttent, comme moi, contre cette loi scélérate. Dès que j’aurais reçu le bouquin, je ne pourrai m’empêcher de vous livrer mes premières impressions. Dans quelques jours selon le rythme de la Poste. Vous pouvez à votre tour soutenir l’initiative en cliquant sur ce lien.



Sarkozy, Jean, Elysée, EPAD, buzz et meta : le règne du keyword

Articles de presse, éditorialistes, émissions spéciales, fragments de la vie quotidienne sur les sites de partage de contenus … le buzz présidentiel ne s’arrête jamais depuis l’instant où Nicolas Sarkozy a franchi le perron de l’Elysée, en mai 2007.

Pourtant, dans cette vaste confusion de sons, d’images, de formules et d’idées parfois incohérentes, une stratégie de communication solide est élaborée pour une équipe de collaborateurs. Son objectif : tenir l’audience. Son genre préféré : le storytelling (raconter des histoires pour qu’elles deviennent légendaires). Sa méthode : les mots-clefs, bases de la communication moderne.  Mais avec ceci de particulier qu’ils sont tous inspirés du fonctionnement d’internet pour mieux s’y adapter. Ce qui démontre que les attaques concertées de la droite contre ce média sont une vaste fumisterie.

Avec la généralisation du phénomène des blogs des pics de l’été 2005 jusqu’à aujourd’hui, le WEB 2.0 permettant à un ensemble de données de se réfracter de proche en proche en fonction des interactions effectuées par ses utilisateurs, et l’utilisation du micro blogging, l’information se réduit à une série de mots clefs. Il devient donc fondamental pour un émetteur de générer les lexiques les plus ciblés et les plus puissants. Peu importe la construction de la pensée ou l’enchaînement des idées, quand les mots clefs y figurent. Un émetteur peut alors découdre son discours ou l’accélérer à volonté. Quand les mots clefs sont présents, il emportera l’adhésion.

La stratégie élyséenne n’en est qu’une application systématique aux différentes sphères médiatiques. Exemple :  après le scandale des propos de Brice Hortefeux sur les « arabes » relayé à une vitesse vertigineuse sur la toile,  il fut décidé de décrire Internet comme une « zone de non droit », voire un outil « totalitaire ». Et les personnalités politiques de l’UMP sont montées au créneau, déclinant chacune leur version de ces deux mots-clefs, au cours d’interventions plus ou moins liées à la problématique ; peu importe, les mots-clef ont été injectés dans l’opinion (effet de bourdonnement ou buzz) :

  • Jean-François Copé : Internet est un « danger pour la démocratie » ; il a exigé « un débat public sur la question d’internet et de la liberté »
  • Patrick Devedjian a dénoncé le « fonctionnement malsain de la toile », déplorant que « la frontière entre vie publique et vie privée s’effaçait de plus en plus », ce qui est un élément de la définition du totalitarisme
  • Henri Guaino, conseiller du Président, est allé plus loin : « La transparence absolue, c’est le début du totalitarisme (…). La transparence, ça veut dire qu’il n’y a plus d’intimité, plus de discrétion ; plus rien n’a d’épaisseur dans la transparence, à commencer par les êtres humains. »
  • Il y a quelques jours, l’argument du « début du totalitarisme » a été resservi froid par l’ancien ministre Yves Jégo, mais cette fois à propos de l’affaire Jean Sarkozy : « Cette chasse à l’homme contre Jean Sarkozy, c’est le début du totalitarisme. »

Certains linguistes américains avaient prévu l’avènement de cette pensée du key-word, qui s’étend en fait à tous les domaines du Spectacle (au sens de Debord) : personnalités people pour incarner un événement, images prélevées dans des banques d’illustrations, sons et musiques extrêmement ciblées pour redoubler un concept ou une émotion… etc.

Mais le plus curieux c’est que cette pratique de communication s’inspire très ouvertement des méthodes de référencement du net, du ranking et des fonctions meta (multipler les key words pour davantage de visibilité avec les moteurs de recherche).

Il faudrait donc réfléchir au sens du buzz politique : volonté de médiatiser, de saturer ou critique des key words de la médiatisation elle-même (voir le buzzomètre du Nouvel Observateur). Une conclusion apparaît : l’enjeu s’est déplacé sur la VISIBILITE, quelle que soit sa finalité !



Nouveaux fichiers de l’Etat policier : faites le vôtre…

Enfin un dimanche de vrai repos ! Le ciel d’un bleu azuréen annonce une journée magnifique auprès de son amoureux(se), me rappelant la Méditerranée, sa paix solaire, son midi éternel…

fichiers.jpg

Sauf que la radio me réveille avec une info de la plus haute importance. Notre ministre de l’intérieur (plus besoin de présenter ce sinistre personnage, le premier à accepter le rôle de Papon soft au Ministère de l’intégration et de l’identité nationale, avant M. brouillard-Besson) a décidé par décrêt, dans la plus grande discrétion médiatique, d’ouvrir 2 nouveaux fichiers de type Edwige destiné à lutter contre l’insécurité… Seront donc fichés plus de 2 millions de personnes travaillant dans des secteurs sensibles, appartenant à des bandes organisées (du club de quartier de mon petit frère jusqu’aux mafieux narco dollars espagnols je suppose) ou identifiés comme pouvant commettre l’irréparable (« Fuck PSG signé Marius OM »).

Elections, démocratie, guerre et sécurité

Bref, la droite dans toute sa splendeur, avec un avant-goût d’élections régionales. Au fait, savez-vous pourquoi les élections appellent toujours la sécurité, la dénonciation de l’autre et la rigidité ? Pourquoi ces périodes de crispation patrimoniale et idéologique ne sont jamais favorables à la tolérance, aux droits fondamentaux et à l’harmonie sociale ? D’après certains sociologues (école de Fribourg), il semblerait que les élections soient vécues par les différents camps comme un temps de guerre, ou plutôt la répétition ritualisée de la guerre qui n’a plus lieu. Quand les champs de bataille se vident en Europe occidentale, les conflits investissent de nouveaux terrains de jeu. Inversement, en temps de conflits armés, la démocratie se trouve réduite à sa plus simple expression, les débats sont confisqués et ce sont les armes qui parlent. Depuis le début des années 60, avec la fin de la guerre d’Algérie, nous avons réussi à transporter la violence hors de notre territoire. Les nouveaux terrains de jeu des soldats français sont le Tchad, le Golfe, l’Afghanistan, etc. Mais le besoin de conflit reste présent, comme toile de fond de toute civilisation.

Or nous savons tous que la politique est une scène, un théâtre à la fois réel et symbolique et une tribune où s’actualisent toutes ces tensions. C’est pour cette raison que les camps en présence doivent frapper fort, dans deux directions : vers leur électorat, pour recadrer et rappeler un ensemble de doctrines qui forment le ciment électoral de la base militante ; vers l’opposition, pour ouvrir les hostilités avec l’ennemi. Et le vocabulaire militaire employé par la plupart des journalistes politiques ne fait que confirmer cet état de fait.

Dans le cas des fichiers de police, cette double dimension confirmation d’une base/attaque de l’adversaire semble évidente. Dès l’annonce, dimanche matin, l’opposition parlementaire s’est senti visée et quelque peu humiliée, tandis que la majorité se félicitait de se donner les moyens nécessaires d’une véritable politique sécuritaire. Entre les deux, certains spécialistes comme J-P Chevènement ne pouvaient que donner leur avis dans la logique d’un choix binaire entre l’une des deux positions…

Réinventer la lutte

La véritable opposition ne consiste pas à reprendre les termes d’un débat imposé par une  majorité, mais à déplacer ces termes pour inventer de nouveaux fronts politiques capables de faire bouger les lignes médiatiques d’une pensée en mouvement.  Autrement dit, l’opposition politiquement incorrecte pratiquée sur ce blog ne prendra pas parti pour ou contre ce type de fichage, même si l’acte de ficher des individus nous semble intolérable (en Allemagne, une telle décision aurait provoqué une crise politique sans précédent).

Mais nous irons plus loin : nous créons officiellement, dès aujourd’hui, lundi 19 octobre 2009, notre PROPRE fichier, partiellement arbitraire quand à son contenu (pour ressembler de près à un fichier de police), mais répondant à trois règles:

  • seulement 3 informations par jour tirées de tous les supports (papier, audiovisuel, presse web, news, groupes, forums, blogs) : il ne s’agit pas de générer un flood quantitatif mais plutôt qualitatif
  • informations ciblées sur la dynastie politique actuellement au pouvoir
  • partage des informations avec un nombre illimité de personnes oeuvrant à la destabilisation démocratique de cette dynastie ; toute utilisation illégale ou ordurière des information sera exclue !

Le fichier sera ouvert et enregistré dans un classeur OpenOffice. La sauvegarde se fera chaque jour sur plusieurs serveurs étrangers, en version cryptée, afin d’éviter qu’il soit saisi par d’éventuels saboteurs, mais aussi sur différents supports physiques. Son auteur l’utilisera au gré de ses articles, selon les besoins de ses démonstrations.

Rendez-vous donc dans quelques mois pour dresser une première perspective de cette opération.  Rira bien qui rira le dernier…



Quelques moments de plaisir


Cette musique n’a rien à voir avec le blog de l’inkorrect(e) ? Détrompez-vous. Parmi la bouillie musicale que propose l’offre légale, que bombardent les radios et que valorisent tous les programmes populaires formatés par la promotion, la voix de cette chanteuse est un geste de RESISTANCE.

Résistance à la médiocrité, à la standardisation, à la vulgarité du gros son.

Vous l’avez reconnu(e) ?



L’affaire Frédéric Mitterrand

mauvaisevie1.jpgJe m’étais lancée dans un thread courageux, osant la comparaison entre Mitterrand et Salengro, mais un erreur technique (j’espère qu’elle n’était que technique!) a effacé ce post. Evidemment, quelques jours plus tard, je me rends compte que cette perspective est pertinente, et vous invite à réfléchir, armés de votre sens du devoir de mémoire.  Je sais : ni l’école ni la presse ne préparent à cela. Allez, un petit effort pour racheter votre sens critique comme on rachète ses péchés, au jour de la pesée des âmes.  

 

1936 : Roger Salengro, ministre du Front Populaire est traîné dans la boue, dans une affaire inventée de toutes pièces par la droite fasciste française, mais aussi par Le Figaro. Accusé de collaboration avec l’ennemi en 1915, alors qu’il n’avait pas pu livrer à temps une lettre à son état major, il sera aussi attaqué sur son homosexualité à coups de quolibets immondes comme « rétropédaleur » ou « roi de la pédale ». Salengro se donnera la mort en ouvrant les robinets de sa gazinière, un soir de solitude et de grisou. 

Aujourd’hui, à gauche comme à droite, nos braves politiciens moralistes souhaitent la démission du ministre de la culture, sur la base d’arguments non moins nauséabonds : vie privée, relations sexuelles ne cadrant pas avec la norme consensuelle de l’homosexualité « main stream », relations avec de jeunes garçons… 

Dans les années 1930, la France était divisée en deux camps ennemis depuis l’affaire Dreyfus et la naissance de la République Laïque de Jules Ferry. D’un côté, la France populiste, réactionnaire et conservatrice, celle de l’Ordre moral ; de l’autre, la France progressiste et républicaine, héritière de la philosophie des Lumières et de 1789.

Il semblerait que l’Ordre moral soit aujourd’hui partagé par une grande majorité de personnalités politiques bien-pensantes, et que cette division des deux France ne recoupe plus ses frontières. Benoît Hammon (le bogosse du PS aux allures de Greg le Millionnaire) et Marine Le Pen (la madame calomnie du parti qui carbure à la haine) s’en prennent ouvertement à Frédéric Mitterrand, lui demandant de s’expliquer et/ou de démissionner.

Comme toujours, il semblerait que nos buzzeurs journaleux du net reprennent les petites phrases et formules de chacun, sans jamais se soucier du fond de cette affaire : la SOURCE, ici le LIVRE, que personne n’a encore lu… Ne parvenant pas à récupérer les bonnes feuilles du fameux livre à cause de la saturation des serveurs sur ces items de recherche (et oui, le buzz, maladie informatique du 21ème siècle, fait chauffer les baies et reste à mon avis l’un des principaux facteurs de dissipation énergétique), je ne désespère pas de vous en offrir quelques extraits d’ici ce soir.

Faut-il inviter nos braves soldats du journalisme et de la politique à retourner à l’école pour (re)faire des fiches de lecture ou des commentaires de textes ? Quant à la presse française, je lui conseille vivement d’approfondir au lieu de reprendre, retraduire et récupérer… les journaux gratuits distribués dans le métro par des jeunes filles fatiguées de la vie font aussi bien !



Le désir d’avenir de… Jean François Coppé

Suite au buzz involontaire de la semaine autour du nouveau site de Ségolène Royal, facturé plus de 40000 euros par l’obscure société de prod de son compagnon, la toile n’a pas manqué de réactivité. Tous les blogs et sites les plus visités reprenaient l’info et des commentaires assassins continuent de se déverser. A noter au passage que certains d’entre eux ont dû se lâcher avec l’extension WOT de Firefox, puisque le site renvoie systématiquement une alerte red ring de mauvaise réputation. 

Le topic a gonflé à tel point qu’un internaute (sans identité) a ouvert une page pour créer d’autres Désirs d’Avenir, sur le modèle du site original. Ce script flash tout bête ne propose pas pour l’instant d’enregistrer sa propre création, mais j’ai quand même réussi à en extraire un exemple, avec l’identité de mon homme politique préféré, le gendre idéal de la politique moderne, monsieur canapés, supermarchés le dimanche et roi inégalé de la mauvaise foi à propos d’internet. Je vous laisse découvrir la suite, avec une image bien choisie.

copdsirdavenir.jpg

 

 C »est-il pas beau le WEB 2.0 ?



Le parti pirate se présente aux législatives

Maxime Rouquet, un étudiant en informatique de 23 ans, représentera le Parti pirate, regroupant des internautes militant pour une libre circulation de la culture et de l’information, lors de l’élection législative partielle du 20 septembre dans la 10e circonscription des Yvelines.

Ce Parti, composé d’internautes militant pour une libre circulation de la culture et de l’information, a annoncé, mardi 1er septembre, qu’il présenterait son premier candidat à une élection à l’occasion d’une législative partielle. Premier tour le 20 septembre dans une atmosphère de rentrée tendue sur le terrain desl ibertés numériques… Ce scrutin, qui fait suite à la démission de Christine Boutin de son poste de député, se tiendra « dans la période du vote de la loi Hadopi et précèdera l’ouverture du débat sur la future loi Loppsi », précise dans son communiqué de Parti pirate qui mène campagne contre ces deux textes.

Le Blog de L’inkorrect(e) ne pouvait que diffuser l’info en soutenant cette initiative originale. N’oublions pas que le grand frère suédois de ce petit parti  a réussi à envoyer un député au parlement européen de Strasbourg. A suivre donc.

Lien vers le parti pirate. 

Visiter le site de campagne du candidat. 

hadopi007.jpg

 

source : tempsreel.nouvelobs.com/actualites



Kouchner prend-il les Oïgours pour du Danone ?

http://www.dailymotion.com/video/x9tbqo

Oïgours ou Yoghourts ? Remarquez l’intérêt de notre Ministre des Affaires Etrangères pour ce peuple minoritaire en Chine… Je croyais au canular, mais non ! Sans commentaire. 



1...34567

Dofus wakfu et hip-hop |
CAHS-AVALANCHES |
O_liv™ |
Unblog.fr | Créer un blog | Annuaire | Signaler un abus | Nucléaire Radioprotection e...
| 1referencement
| cancambou97218