Astuces contre HADOPI

C’est fait. HADOPI débarque et s’en prend aux internautes. Comment ? Par un système organisé de délation.  Vos identités complètes seront transmises par vos fournisseurs d’accès internet (Orange, SFR, Bouygues, Free, etc…) à une commission de l’Etat, après avoir été repérées par une société privée : Trident Media Guard. Le tout à la demande des ayants droits : sociétés éditrices de contenus culturels, majors de la musique, producteurs et diffuseurs de médias audiovisuels. Ca fait quand même usine à gaz, vous ne trouvez pas ?

De nombreux moyens pour se protéger existent. Sont-ils vraiment illégaux ? Seul maître Eolas pourra nous éclairer sur ce point. Depuis plus de 2 ans, je réfléchis dans mon coin. En pesant les avantages et les inconvénients. Voici donc mes choix… Jusque là rien qui puisse me conduire à la case prison ! (j’espère…) A moins que la dérive sécuritaire de la prochaine campagne présidentielle de 2012, démarrée au quart de tour cet été, me contredise dans les faits. 

 

Récupérer l’offre légale depuis un site de streaming…

1. solutions Linux/Windows/Mac OS/ Chrome OS : il faut savoir patcher un flux entrant… concrètement, à partir du moment où du son est émis par n’importe quelle carte son, où une image apparaît sur votre écran, le stream (flux) est déjà un téléchargement. Ce qui contredit totalement l’argument HADOPI du streaming possible sans téléchargement. Un flux passe par votre ordinateur et se trouve temporairement stocké sous forme de fichier temporaire. Il est donc physiquement enregistré dans un coin de votre disque dur. Pour le récupérer, il faut d’abord le trouver, sous forme de code flash décrypté. Mais cette solution – base de l’architecture du logiciel STREAMY (voir ci dessous) – n’est pas grand public ; elle constitue plutôt un défi sympa entre geeks. Au moins 2 solutions alternatives et stables permettent de faire la même chose. 

AUDACITY : le moyen le plus grand public est Audacity. Ce logiciel permet d’enregistrer le mixeur de la carte son et donc de conserver tout flux sonore passant sur votre ordinateur. En plus, il est multi OS, donc les Linuxiens ne sont pas oubliés.

Télécharger Audacity

Suivre la documentation pour enregistrer le son

Suivant la qualité et/ou les fonctionnalités de votre carte son il vous sera possible d’obtenir un enregistrement parfait ou dégradé. Si votre OS et/ou votre carte son supporte la capture avant mixage le son sera parfaitement capturé. Dans le cas contraire la documentation d’Audacity comporte des techniques pour diminuer les imperfections dues au ré-échantillonage du son dégradé.

WONDERSHARE AUDIO STREAMING RECORDER : est un soft similaire mais uniquement dispo en WIN 32 ; à moins d’utiliser WINE correctement configuré depuis votre machine Linux. Facile d’accès et simplissime à installer, il présente l’avantage de détecter le début et la fin des pistes et de les classer par ordre d’enregistrement de la playlist jouée. C’est aussi un ripper en temps réel (vous devez écouter le morceau dans son intégralité pour l’enregistrer sans coupure). Je donne le lien Megaupload : WASR

ALSA mixer sous Linux : le moyen le plus sûr (et aussi indétectable) permettant une capture parfaite du son est de se brancher avant la carte son, et même avant le driver son. C’est à cet endroit que tout logiciel/plugin/player envoie le flux binaire encore parfait. En un mot, cette méthode consiste à déclarer à votre système une fausse carte son dont les flux entrant sont consultables comme un fichier – Utilisateurs d’un système propriétaire ? Il est temps de passer à Linux…

Configurer un périphérique de capture sur Alsa

Configurer un périphérique de capture sur Alsa au travers de Jacks

 

2. Encore plus simple : des addons de Mozilla aux logiciels de récupération embarqués…

-  pour Firefox, vous pouvez utiliser des extensions libres comme Videodownloader ou Downloadhelper, directement dans votre navigateur

- sinon, le plus simple et le plus efficace pour récupérer sur Dailymotion, Deezer, Jiwa et YouTube reste Streamy, lui aussi sous licence GPL… avec le seul inconvénient de manquer cruellement de paramétrages, quand on veut écouter un stream sans forcément le télécharger… mais bon ! A noter qu’il s’utilise simplement sans installation, donc idéal pour une utilisation nomade et discrète, par exemple avec un mini PC sur un hotspot public (sauf à l’hôpital SVP)

EDIT >>> Depuis la publication des nouvelles interfaces flash de DEEZER et JIWA, par exemple, les solutions ont évolué pour contourner l’encapsulement des fichiers temporaires découpés en morceaux de 600 ko. On utilisera donc Streamy de préférence pour Jiwa (meilleur son tout de même) et un petit nouveau dans la cour des grands : Tube Master ++

  • Méthode n°1 : Streamy (Windows, Linux) qui a le gros avantage de récupérer tout seul le nom du morceau et de l’album. Et oui, pourquoi se fatiguer ? Ne marche pas avec DEEZER (pour le moment) mais marche très bien avec JIWA… encore mieux sous Linux à jour !!!

  • Méthode n°2 : TubeMaster++ (Windows, Linux, Mac). Ne marche pas avec JIWA mais marche très bien avec DEEZER. Tutoriels : >Ici< ou >Ici<

Méthode alternative : pour JIWA, vous pouvez à nouveau utiliser l’addon de Mozilla, en prenant soin d’installer la dernière maj ; il suffira alors de renommer le fichier .flv enregistré en .mp3, sans conversion !!!

 

Les meilleurs sites de streaming

Le streaming est l’avenir du WEB 2.0. Facilité par l’augmentation des bande-passantes allouées par les différents FAI, il permet de trouver et de visionner des contenus de façon quasi instantanée.

Quelques noms : MégaVidéo (très utilisé pour les séries), AlloStreaming (complet)

L’extension Illimitux  pour Firefox permet de supprimer les limitations imposées par les  plateformes de streaming. Son but est de visualiser sans aucune restriction les vidéos hébergées chez Megavideo, Veoh, MegaUpload, Rapidshare, etc, quand elle sont disponibles sur visionneuse. Sinon, on peut toujours télécharger sans passer par le chronomètre. Extension bien actualisée, version actuelle = 4.0 ; elle propose aussi un lecteur Divx intégré au navigateur, au cas où l’hébergeur de contenus ajouterait des protections contre le débrydage automatique. Actuellement, une inscription gratuite est demandée, et il faut se loguer pour profiter de ce débrideur.

Autres sites (listes et classements) : Liste 1, Liste 2, Liste 3, Liste 4

J’emprunte ces lignes à l’excellent Linux Manua qui a fait la synthèse pour nous.

 

Les Napster-like : vos mp3 depuis des réseaux anonymes et protégés

 

Les sites de téléchargement direct ou direct download (ddl)

Même si je ne suis pas tout à fait du même avis, voici ce qu’en pense Linux Manua :

« Les sites de téléchargement direct échappent complètement à la surveillance car les adresses IP des internautes qui s’y connectent ne peuvent pas être collectées sans la collaboration des fournisseurs d’accès à Internet. Avec ce type de site, les fichiers sont hébergés sur des serveurs centraux et ne sont pas partagés.

L’adresse IP de l’internaute en train de télécharger n’est pas « visible » par un tiers sur Internet. Seuls les administrateurs du site de téléchargement direct en ont connaissance. Pour y accéder, il faut déposer plainte et perquisitionner. Or tous ces sites sont basés à l’étranger et ne sont pas concernés par la loi française.

Ben oui, c’est cela aussi la mondialisation. On nous avait pourtant dit qu’il fallait nous y adapter.« 

Première objection : la collaboration des FAI, qui n’était pas d’actualité avant HADOPI, devient une possibilité à prendre très au sérieux depuis les déclarations du ministère. Des sites étrangers pourraient aussi

Deuxième objection : rien n’empêchera lesdits sites d’évoluer vers des formules commerciales plus agressives et de poursuivre eux-même les internautes dont ils conservent les données, s’ils mobilisent les moyens nécessaires évidemment…

Les 2 principaux sites  de serveurs sont :

RapidShare  

MegaUpload

… mais beaucoup d’autres ont suivi comme : FileServe, Oron, Hotfile, DepositFile, etc. En principe, quand on cherche un contenu pirate, la personne qui le met en ligne (upload) précise l’hébergeur dans sa présentation (prez)

EDIT : je reviens sur mon point de vue et modère un peu mes propos… compte-tenu de l’évolution récente du cadre juridique et de l’absence de coopération internationale (pour l’instant) entre les différentes institutions, la solution ddl se classe parmi les plus fiables ; souvent, les liens sont protégés ou masqués, les fichiers découpés en parties difficilement identifiables, les titres et identifiants modifiés… mais ce sont surtout les serveurs basés à l’étranger qui vous protègent d’éventuelles saisies de listings d’ip après perquisition.

Pour fureter partout sur la planète à la recherche d’uploads, plusieurs moteurs :

… mais bien d’autres (voir le site Linux Manua)

Pour cibler davantage sa recherche, des forums dédiés au partage et au ddl comme les board Warez. Attention, le terme de Warez est aujourd’hui utilisé à tort et à travers par de nombreux pirates de dimanche et autres « Kévin du net » ; il implique nécessairement un état d’esprit communautaire, une modération et une inscription accompagnée d’une présentation (profil) afin d’améliorer la communication entre membres. Méfiez vous donc des sites proposant des fichiers sans aucun modérateur ni commentaire. 

Quelques forums de référence : DP (DownParadise), une board francophone très riche et bien modérée, nombreux comm, WawaCity, LibertyLand

Je me permets d’ajouter 2 agrégateurs bien pratiques : 1 agrégateur de sites sous forme d’annuaire : l’annuaire du pirate, annexe du célèbre Journal du Pirate, dont j’ai fait la prez récemment dans un article. Existe aussi 1 agrégateur de liens pour les plus pressés : WAGGLO, apparemment créé au moment des premiers mails d’avertissement HADOPI, dont le webmaster affirme, un peu rapidement : « Si vous téléchargez par un autre biais que le p2p, vous n’avez aucune, je répète absolument aucune chance de vous faire repérer par l’Hadopi ! » > plusieurs objections mais nous y reviendrons.


Pour faciliter le ddl : un soft de gestion de dl avec reconnexion et renouvellement d’ip à télécharger ici :

jd.jpg

J’en avais déjà parlé en quelques lignes. Si vous ne connaissez pas cet excellent soft, rendez-vous sur son site dédié. L’installation est très simple et surtout multiplateformes, puisqu’il s’agit d’un logiciel écrit en JAVA. N’oubliez donc pas de mettre à jour JAVA, quel que soit votre OS ici.

Voici la présentation de JDownloader par ses développeurs : “(…) open source, plateforme indépendante et totalement écrite en Java. Il simplifie le téléchargement de fichiers depuis les Hébergeurs comme Rapidshare.com ou Megaupload.com – pas uniquement pour les utilisateurs possédant un compte Premium mais également pour ceux qui ne paient pas. Il offre un téléchargement en flux continu, la reconnaissance Captcha, la décompression automatique des fichiers et bien plus. Bien sur, JDownloader est entièrement gratuit. De plus, de nombreux “liens d’encodage” sont supportés – il vous suffit de coller le lien “codé” et JD fera le reste. JD peut importer les CCF, RSDF et les nouveaux fichiers DLC.”

Les plus :

  • open source, donc possibilité de modifier le code source pour l’améliorer
  • aucune dépendance à un OS, donc utilisateurs de Linux, Mac ou Windows sans aucune restriction
  • utilisation d’un système de reconnexion pour ne pas attendre de longues minutes un slot libre et ainsi augmenter la vitesse des téléchargements
  • prise en compte d’un très grand nombre de plateformes d’hébergement (environ 110 hébergeurs et plus de 300 plugins de décryptage)
  • reconnaissance automatique des codes catcha, donc inutile de les entrer manuellement
  • récupération automatique des paquets regroupés ensuite dans un paquet unique
  • fonction de dézip des archives
  • nombreux paramètres pour les comptes premium
  • possibilité d’intégrer un sélecteur de liens dans votre navigateur
  • assistance 24 24
  • mises à jour intégrées au soft
  • changement d’adresse ip à chaque reconnexion (donc reconnaissance et traque des ip bcp plus difficile)
  • reconnaissance des caractéristiques de vos modems / routeurs grâce au script live header

Les moins :

  • parfois bugué au niveau de la reconnaissance captcha automatique
  • paramétrage du script de reconnexion un peu aléatoire (si votre interface routeur est protégée par mot de passe > par exemple, quelques galères pour la NEUF BOX 4)… mais rien de bien grave en utilisant le mode raw.

Enfin, l’utilisation de serveurs de débridage, aussi appelés débrideurs, permettra d’accélérer vos ddl par lot en simulant un compte premium par l’intermédiaire de proxies. C’est un peu technique mais l’utilisation de ces serveurs se fait intuitivement, grâce à des sites dédiés. Plusieurs types d’offres existent, du gratuit (souvent médiocre) au payant (pas très cher), en passant par des offres d’essai (un débrideur bridé en quelque sorte, lol !). Le site le plus sérieux à mon avis est Fast-Debrid, tant pour sa maintenance coriace que pour les perf de ses serveurs. Je vous invite à le tester, en commençant, pourquoi pas, par un micro paiement valable 20 jours.

logofd.png

 

Les newsgroups

Si le coeur vous en dit, vous pouvez aussi utiliser un protocole qui a suivi une évolution parallèle au WEB. La plupart des serveurs sont payants et requièrent une inscription avec votre carte bancaire. De plus un logiciel de lecture de news sera nécessaire pour accéder aux ruches de fichiers… Il est donc nécessaire de faire le tri entre les offres commerciales bidon et les autres, plus respectueuses de votre porte-monnaie.

Petite histoire des Newsgroups : appelés aussi Usenet Groups, ce sont sont des groupes d’articles qui utilisent le protocole Usenet créé dans les années 1980, dans le but, à l’époque, d’échanger des messages texte entre internautes du monde entier ; ils existent donc depuis près de 30 ans, bien avant le WEB donc, qui n’est qu’une partie du trafic sur internet. Aux dires de leurs utilisateurs, ils permettraient une sécurité presque totale de vos échanges. Le principe est simple : on vous connecte directement aux serveurs de votre fournisseurs newsgroups, vous n’échangez donc pas de données avec les autres utilisateurs. Vous pouvez donc utiliser pleinement votre connexion internet via les newsgroups, sans craindre pour votre vie privée, tout en conservant les même usages que les réseaux P2P.

Voici comment les évalue Linux Manua, et c’est tout à fait vrai, car ces offres commerciales apparaissent au moment où les dispositifs se durcissent, en essayant d’apâter une clientèle peu perspicace :

  • Avantage : Rapidité, Choix, Anonymat complet
  • Inconvénient : Payant par forfait mensuel, offres souvent limitées, politique commerciale douteuse parfois

Explications  synthétiques sur les Newsgroups : >Ici<
Explications complètes de A à Z sur Info du Net
Choisissez la meilleure offre : >Ici<
Télécharger sur les Newsgroups Usenet avec Giganews : >Ici<

 

Utiliser le réseau crypté de OneSwarm : solution friend to friend (f2f)

oneswarmheader.jpg

Un groupe d’étudiants américains a mis au point un procédé de cryptage et d’échanges sécurisés basé sur un client P2P connu : AZUREUS, logiciel libre disponible sous toutes les plateformes. Nommé OneSwarm (essaim 1), cette adaptation logicielle, directement implémentée dans votre navigateur, est satisfaisante en terme de sécurité si les échanges se font entre personnes amies (friends), mais perd tous ses avantages quand on l’utilise comme client rétro compatible avec d’autres clients. En somme, l’anonymat n’est possible qu’entre personnes connaissant déjà leurs coordonnées. C’est le principe du Friend to Friend (F2F). Pour l’instant, peu d’internautes connaissent OneSwarm, mais dans le contexte de surveillance actuel, nul doute que d’importantes communautés vont se constituer.

L’installation de One Swarm est très simple mais nécessite de mettre à jour JAVA. De plus, certains ports devront être ouverts dans votre firewall.

Télécharger, installer, paramétrer à partir du site du projet (en)

Bonne nouvelle, le site de la communauté francophone est désormais en ligne. N’hésitez pas à vous inscrire pour partager vos coordonnées cryptées >>> ICI. (et en https !!!)

 

Les solutions utilisant des VPN

Les VPN sont des protocoles de transfert virtuel privés (Vitual Private Tunneling ou Virtual Private Network pour l’ensemble d’un réseau), basés sur des algorithmes de cryptographie qui encapsulent les données transmises pour les rendre illisibles entre le serveur et son client.

Avec la mise en place récente de la riposte graduée et l’envoi des premiers mails d’avertissement, de nombreuses formules commerciales sont apparues. Parmi celles-ci, il convient de faire un tri extrêmement prudent. Le plus souvent « clés en main », elles utilisent des technologies parfois intrusives, obligeant le client à installer un logiciel dédié. Des sociétés spécialisées dans la sécurité des réseaux et la lutte contre le P2P proposent aussi des VPN, donc méfiez-vous…   

Concrètement, cette technologie est utilisée par des services en lignes comme Peer2Me (grand public)… ou bien le projet du célèbre site The Pirate Bay, aujourd’hui extrêmement attaqué par l’industrie culturelle, qui a été baptisé IPREDator.

Pour en profiter, il suffit de s’inscrire en tant qu’utilisateur. Peer2Me est devenu gratuit (va-t-il le rester longtemps dans le contexte actuel de surveillace du net ?). Quant à IPREDator (le projet de TPB), il sera disponible bientôt moyennant 5 euros par mois de participation aux frais d’architecture réseau et de maintenance; pour l’instant, c’est une version beta test…

 

VPN gratuit managé sous Linux et 7even

VPN gratuit très fiable : HITSHIDDEN facile à installer, assure une ip fixe à l’étranger (Amsterdam), bande passante limitée dans la version gratuite, mais suffisante pour la navigation courante, bande passante plus élevée dans la version abonnement – A l’identique d’un serveur proxy classique, les communications via un serveur VPN, masquent votre adresse IP. Seule l’adresse du serveur (à l’étranger évidement) est identifiable.

>>> tutoriel complet ICI <<<

>>> autres VPN gratuits sur le blog dédié aux VPN : http://www.vpnblog.net/serveurs-vpn-gratuits/

 

AVANTAGES :
- Les communications entre votre PC et le serveur VPN sont cryptées , ce qui rend totalement inopérante toute tentative d’identification et de surveillance ou de filtrage des communications, même réalisée au niveau des FAI
- c’est légal, pour l’instant

- facile à paramétrer – contrairement aux serveurs Proxy classiques, le serveur VPN masque aussi votre adresse IP sur les réseaux P2P. Dommage pour Hadopi …

INCONVENIENTS:

- baisse de débit

schéma de fonctionnement

schemavpn.png

 

 

Les meilleurs logiciels de P2P anonymes

La liste est diffusée par NUMERAMA, site d’opposition au dispositif HADOPI. Pour faire simple, si vous souhaitez une sécurité correcte avec un client que vous maîtrisez déjà comme emule, optez pour i-mule. Si vous êtes plus exigeant, essayez-en d’autres ou pénétrez dans des réseaux comme FREENET, conçus pour passer inaperçus dans les pays qui censurent l’information. 

IMULE : protocole réseau i2p > sécurité accrue

ANTS : très prometteur

FREENET : réseau entièrement décentralisé et sécurisé, un pas de plus vers la cyber-résistance !!!

MUTE : échange à travers une succession de communications privées entre pairs, système inspiré des colonies de fourmis

StealthNET : basé sur le réseau RShare, conçu pour concilier débits et sécurité… point fort : très grande réactivité des développeurs, nombreuses amélioration >>> devrait devenir le successeur de emule avec imule, si le volume des ressources en ligne augmente

KOMMUTE : client pour le réseau Mute, avec quelques améliorations

WASTE : pour échanger des fichiers entre pairs ami

 

Je n’ose pas au milieu de tous ces conseils un peu techniques, mais si vous voulez prendre l’air, croiser des gens et sortir de votre univers en geekosaturation >>> solution no geek >>> graver ou ripper les supports empruntés dans les bibliothèques publiques et se faire une collection de plusieurs To dans différents DD >>> organiser enfin un BEER 2 BEER Party : événement convivial de partage dans un café, un restaurant, une brasserie, à travers lequel vous aurez l’occasion de faire des rencontres (pour les plus timides) et de continuer à discuter des moyens de contourner cette loi d’un autre siècle. 



39 commentaires

1 2 3 4
  1. Karine 25 octobre

    Article très détaillé, j’aime beaucoup. J’utilisai la méthode de streaming sa marche bien mais je voulais une méthode qui me protège aussi des hacker et comme Hadopi exige de prendre ttes les mesures nécessaires pour éviter que quiconque utilise votre ordinateur à des fins illégales, j’ai opté pour un VPN sécurisé.Sa va faire un mois que je l’ai maintenant. Réseaux sécurisés, commence dès le démarrage de mon PC, comme ça c’est impossible de le détecter. Je télécharge et aucun problème jusqu’à maintenant !!!
    J’ai trouver un essai gratuit sur ce site: http://www.vpn4all.com/fr/trial/
    Bon Surf,
    Karine

  2. segadiablesse 29 octobre

    Je précise pour Karine :
    - que libre ne signifie pas gratuit
    - que les coûts d’un VPN impliquent un coût utilisateur
    - que les données transitent nécessairement en clair sur le serveur distant…

    Plus d’infos dans un billet à venir sur ces fameux VPN.
    Merci pour vos comm pertinents.
    Ciaooo
    SEGA.

  3. karinedamien99 2 novembre

    Merci, segadiablesse :)

  4. contournerhadopi 6 novembre

    Oui pas mal le VPN4ALL, j’ai fait une recherche et j’ai lu une évaluation impartiale du produit sur bestvpnreviews.com le seul site indépendant sur le net qui offre une véritable analyse technique et purement professionnelle sur les VPNs (ne sont pas sponsorisées par les sociétés de VPN et celles ci ne sont pas averties des testes effectués par http://www.bestvpnreviews) et en effet VPN4All remporte la plame d’or. ça vaut le coup d’essayer.

  5. contournerhadopi 6 novembre

    AU FAITE…pour ceux et celles qui sont interessés, g essayer Wagglo.com et c’est archi NUL. Y a rien comme films dessus, même pas les mieux genre sex and the city.

    Pour ce qui est de http://www.start-vpn.com et de http://i-argent.fr/hadopi2.html attention!!! moi je préfère le best du best! :)

  6. Dissertation Writing Services 9 novembre

    hmm ;) I must appreciate you for the post you have shared. . I really like it. . thank you for sharing :)
    UK Dissertation Help

  7. simulation de rachat de credit 16 février

    Ce post m’a beaucoup aide dans mon positionnement. Merci pour ces informations

  8. Sexe Gratuit 19 août

    This post will help me to go up in the serp of google, dont delete it please !

  9. Franck 19 février

    Bonjour
    Je viens de recevoir le premier avertissement par email d’Hadopi

    Pour un novice comme moi, tout cela est tres interressant … Mais je ne sais pas vers quoi ne tourner

    Merci

  10. segadiablesse 21 février

    Alors, quelques questions, utilisez-vous les réseaux P2P anciens type Emule/Edonkey ? Téléchargez-vous en bittorrent ? La meilleure solution pour les contenus multimédias reste aujourd’hui le stream.
    Par rapport à votre e-mail ou courrier HADOPI, il faut contester en utilisant les services gratuits du ministère de la justice. Rapprochez vous de la Maison de Justice et de Droit proche de chez vous, en principe, il y a en a au moins une par préfecture, si ce n’est davantage. Vous pouvez toujours poser une question à Maître Eolas (facile à trouver) ou à une association comme la Quadrature du Net. Bonne journée. Cordialement, SEgadiablesse.

1 2 3 4

Laisser un commentaire

Dofus wakfu et hip-hop |
CAHS-AVALANCHES |
O_liv™ |
Unblog.fr | Créer un blog | Annuaire | Signaler un abus | Nucléaire Radioprotection e...
| 1referencement
| cancambou97218