Sarkozy, Jean, Elysée, EPAD, buzz et meta : le règne du keyword

Articles de presse, éditorialistes, émissions spéciales, fragments de la vie quotidienne sur les sites de partage de contenus … le buzz présidentiel ne s’arrête jamais depuis l’instant où Nicolas Sarkozy a franchi le perron de l’Elysée, en mai 2007.

Pourtant, dans cette vaste confusion de sons, d’images, de formules et d’idées parfois incohérentes, une stratégie de communication solide est élaborée pour une équipe de collaborateurs. Son objectif : tenir l’audience. Son genre préféré : le storytelling (raconter des histoires pour qu’elles deviennent légendaires). Sa méthode : les mots-clefs, bases de la communication moderne.  Mais avec ceci de particulier qu’ils sont tous inspirés du fonctionnement d’internet pour mieux s’y adapter. Ce qui démontre que les attaques concertées de la droite contre ce média sont une vaste fumisterie.

Avec la généralisation du phénomène des blogs des pics de l’été 2005 jusqu’à aujourd’hui, le WEB 2.0 permettant à un ensemble de données de se réfracter de proche en proche en fonction des interactions effectuées par ses utilisateurs, et l’utilisation du micro blogging, l’information se réduit à une série de mots clefs. Il devient donc fondamental pour un émetteur de générer les lexiques les plus ciblés et les plus puissants. Peu importe la construction de la pensée ou l’enchaînement des idées, quand les mots clefs y figurent. Un émetteur peut alors découdre son discours ou l’accélérer à volonté. Quand les mots clefs sont présents, il emportera l’adhésion.

La stratégie élyséenne n’en est qu’une application systématique aux différentes sphères médiatiques. Exemple :  après le scandale des propos de Brice Hortefeux sur les « arabes » relayé à une vitesse vertigineuse sur la toile,  il fut décidé de décrire Internet comme une « zone de non droit », voire un outil « totalitaire ». Et les personnalités politiques de l’UMP sont montées au créneau, déclinant chacune leur version de ces deux mots-clefs, au cours d’interventions plus ou moins liées à la problématique ; peu importe, les mots-clef ont été injectés dans l’opinion (effet de bourdonnement ou buzz) :

  • Jean-François Copé : Internet est un « danger pour la démocratie » ; il a exigé « un débat public sur la question d’internet et de la liberté »
  • Patrick Devedjian a dénoncé le « fonctionnement malsain de la toile », déplorant que « la frontière entre vie publique et vie privée s’effaçait de plus en plus », ce qui est un élément de la définition du totalitarisme
  • Henri Guaino, conseiller du Président, est allé plus loin : « La transparence absolue, c’est le début du totalitarisme (…). La transparence, ça veut dire qu’il n’y a plus d’intimité, plus de discrétion ; plus rien n’a d’épaisseur dans la transparence, à commencer par les êtres humains. »
  • Il y a quelques jours, l’argument du « début du totalitarisme » a été resservi froid par l’ancien ministre Yves Jégo, mais cette fois à propos de l’affaire Jean Sarkozy : « Cette chasse à l’homme contre Jean Sarkozy, c’est le début du totalitarisme. »

Certains linguistes américains avaient prévu l’avènement de cette pensée du key-word, qui s’étend en fait à tous les domaines du Spectacle (au sens de Debord) : personnalités people pour incarner un événement, images prélevées dans des banques d’illustrations, sons et musiques extrêmement ciblées pour redoubler un concept ou une émotion… etc.

Mais le plus curieux c’est que cette pratique de communication s’inspire très ouvertement des méthodes de référencement du net, du ranking et des fonctions meta (multipler les key words pour davantage de visibilité avec les moteurs de recherche).

Il faudrait donc réfléchir au sens du buzz politique : volonté de médiatiser, de saturer ou critique des key words de la médiatisation elle-même (voir le buzzomètre du Nouvel Observateur). Une conclusion apparaît : l’enjeu s’est déplacé sur la VISIBILITE, quelle que soit sa finalité !



Laisser un commentaire

Dofus wakfu et hip-hop |
CAHS-AVALANCHES |
O_liv™ |
Unblog.fr | Créer un blog | Annuaire | Signaler un abus | Nucléaire Radioprotection e...
| 1referencement
| cancambou97218